Dix ans. Dix ans pour amorcer un retour à la normale au plan des politiques monétaires, pour commencer effectivement à mettre fin aux « mesures exceptionnelles » et « assouplissements quantitatifs ». Dix ans après l’éclatement de la crise financière en août 2007 et son premier cortège d’injections massives de liquidités par les banques centrales.

En annonçant mercredi 20 septembre que la Fed allait réduire son massif bilan au rythme de 10 à 50 milliards de dollars par mois, sa gouverneure Janet Yellen n’a pas fait que confirmer ce que son prédécesseur Ben Bernanke promettait de faire depuis 2013. Elle passe aux actes. La banque centrale américaine, qui a constitué des réserves de 4500 milliards de dollars – 25% du PIB des Etats-Unis – comme prix du redressement économique du pays, s’engage donc à les réduire de manière ordonnée. La BCE et la BNS, deux autres institutions qui ont constitué, et constituent encore, des bas de laine conséquents pour éviter à leurs économies de replonger dans le chaos, en sont encore fort éloignées. Mais elles devraient prendre le même chemin.

Mais pour quel effet? Les adversaires des assouplissements quantitatifs, notamment aux Etats-Unis et en Allemagne, redoutent depuis des années la résurgence de l’hyperinflation dans un monde noyé de liquidités. Or, celle-ci ne s’est pas produite, provoquant même un certain désarroi des banquiers centraux eux-mêmes qui avaient pourtant chercher à provoquer une certaine  hausse des prix, qui leur aurait permis de relever quelque peu les taux d’intérêt. Cet absence, couplée à la reprise économique qui s’affirme à peu près partout dans le monde, les plonge dans un abîme de perplexité. Et prive du levier nécessaire pour quitter la zone dangereuse des taux zéro, voire négatifs.

La question se pose désormais de l’effet que provoquera le retrait de milliards de liquidités dans le monde. Dans l’immédiat, l’annonce de Janet Yellen a provoqué un rebond du dollar – une marque de confiance, donc, pour la Fed – loin de la secousse qu’avait provoquée l’annonce du « tapering » de Ben Bernanke. On attend un relèvement des rendements des obligations de longue durée, puisque la Fed ne les achètera plus. Voire un coup d’arrêt boursier.

Et si ces effets étaient temporaires? Avec leurs programmes d’assouplissements quantitatifs, les Etats-Unis ont fait progresser leur masse monétaire élargie (M3) de 58% entre 2010 et 2017, selon les données de l’OCDE. C’est à peine supérieur à la moyenne de l’organisation (56%). A peine plus que la Suisse (45,4%), qui s’est pourtant lancée à corps perdu dans une défense acharnée de la stabilité de son taux de change, et certes un peu plus que la zone euro (25%), elle-même en retard dans le cycle. du redressement conjoncturel Mais c’est moins que la monnaie créée dans d’autres économies prospères et nettement moins affectées par la crise financière comme le Canada (66%) ou la Corée (64%), respectivement 10e et 11e économies au monde par la taille de leur PIB.

Ces torrents de liquidités se sont donc assurément orientés vers les marchés d’actions et obligataires. Mais ils se sont vraisemblablement aussi retrouvés investis dans l’appareil productif. En fait, les marchés financiers se sont laissés impressionner par la taille des programmes estimés en dollars (ou en euros), sans forcément considérer ce que faisaient les autres pays ni toujours les mettre en perspective de la circulation effective de la monnaie. Finalement, les banques centrales n’ont peut-être pas si mal géré leurs grandes ouvertures de vannes et, avec pas mal de chances, pourront les refermer sans dommages conséquents pour l’économie.