Le cours de l’or était en baisse de 1,84% sur les marchés internationaux dimache soir après le rejet net, clair et massif de l’initative visant à contraindre la BNS à en détenir au moins 20% de ses réserves. Ceux qui, sur la planète entière, ont cru bon spéculer sur des achats massifs de métal jaune par la banque centrale en ont ét pour leurs frais… et cette tendance risque de durer, vu que l’on ne voit pas ce qui, à court terme, pourrait pousser les prix vers une reprise.

Outre celle des spéculateurs, la défaite est celle des fétichistes, qui étaient prêts à sacrifier la prospérité économique du pays à leur obsession, celle du retour des politiques monétaires du XIXe siècle qui voulaient que chaque sou en circulation soit couvert par une forte garantie-or. Ces gens avaient juste oublié que c’est la rigidité de ce système qui avait approfondi la crise des années 1930 et provoqué les désordres monétaires des années 1970…

Le message des votants est simple: on ne change pas un équipe, en l’occurrence une formule, qui gagne. En l’occurrence, la BNS a réussi à maintenir l’économie suisse à l’écart  de la crise – pour l’essentiel. Et cela précisément grâce à une politique monétaire innovante. Ce n’est donc pas le moment d’en changer. Par son vote, le peuple a témoigné qu’il en est conscient. Le soulagement est réel.