Il est rassurant, le dernier classement de la compétitivité établi par le WEF et publié ce mercredi.Sur les dix économies les plus compétititives dans le monde, six sont européennes. Sur les quatre représentant le reste du monde, deux sont en recul, et pas des moindres: les Etats-Unis (qui glissent de la 5e à la 7e place) et le Japon (qui baisse de la 9e à la 10e). Seule économie extra-européenne à progresser: Hongkong, de la 11e à la 9e.

A ceux qui annoncent le décès économique du vieux continent, écrasé par ses dettes et son incapacité à faire efficacement face à la crise, le classement du WEF oppose un démenti. Mieux, il met en avant le rôle de grands pays européens dans cette bonne tenue: l’Allemagne garde sa 6e place et le Royaume-Uni en gagne même deux, pour rejoindre le 8e rang. Le bon classement européen n’est donc pas que le fruit de petites économies protégées des affres de la zone euro comme la Finlande, la Suède, les Pays-Bas et, naturellement, la Suisse, toujours en tête.

Reste maintenant à trouver la formule magique pour remonter d’autres poids lourds européens nettement moins bien classés comme la France, l’Espagne et l’Italie et d’autres membres affaiblis de l’UE, essentiellement au sud du continent. De quoi nous occuper un moment encore.